Catégories
Actions Solidaires

L'étonnant loup peint d'Afrique: leur donner une chance de se battre

Le nom scientifique du chien sauvage d'Afrique, Lycaon pictus, se traduit par le loup peint, qui pourrait être une référence directe à leur magnifique patchwork unique de couleurs marron, noir et blanc. Bien qu'ils aient un design canin plutôt général (beaucoup plus grand et plus maigre cependant), trois millions d'années de divergence par rapport au reste de la famille des chiens ont entraîné une accumulation assez impressionnante de modifications. Leurs oreilles pour les entrées sont grandes et rondes (on pourrait les confondre avec des oreilles «Mickey Mouse»), avec les plus grandes prémolaires par rapport à la masse corporelle de tous les carnivores autres que les hyènes. Cela suggère qu'ils consomment également régulièrement des matières osseuses, bien qu'ils soient observés et connus pour manger principalement de la viande.

Les données historiques ont indiqué que les chiens sauvages africains étaient autrefois répartis dans toute l'Afrique subsaharienne, des sommets montagneux aux déserts, et ne devraient probablement être absents que des forêts pluviales de plaine et des habitats désertiques les plus secs. Malheureusement, ils ont disparu de la plupart de leur ancienne aire de répartition, étant pratiquement éradiqués de l'Afrique du Nord et de l'Ouest, avec d'énormes réductions de leur nombre en Afrique centrale et du Nord-Est. Aujourd'hui, les populations restantes les plus importantes se maintiennent en Afrique australe et dans la partie sud de l'Afrique de l'Est.

Les chiens sauvages d'Afrique sont des prédateurs généralistes qui occupent une vaste gamme d'habitats, tels que les plaines à herbes courtes, les semi-déserts, les savanes buissonnantes et les forêts de montagne. Des études récentes ont montré que, bien que l'on pensait auparavant qu'ils occupaient principalement des plaines ouvertes, les chiens sauvages ont atteint leur plus forte densité dans les habitats buissonneux épais. Actuellement, leur répartition semble être limitée principalement par la disponibilité de proies et d'activités humaines, plutôt que par la perte d'un type d'habitat spécifique. La taille étonnante de leur domaine vital est également souvent difficile à comprendre – les packs dans le Serengeti auraient des territoires de 1 500 kilomètres carrés! Pour mettre cela en perspective, une zone de la taille du Grand Londres (qui abrite 7,5 millions de personnes) ne pourrait accueillir que 2 meutes de chiens sauvages.

UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) 2008. Carte de distribution de Lycaon pictus. La Liste rouge de l'UICN des espèces menacées.

La structure sociale au sein de leur meute est également quelque chose d'étonnant. Avec un nombre de meutes permanentes allant de 2 à 27 adultes et yearlings, une hiérarchie claire entre les mâles et les femelles garantit uniquement la race la plus dominante et la plus forte. Au sein de ces meutes, ils sont extrêmement attentifs à chaque membre, soutenant les vieux même s'ils ne peuvent plus chasser, et accordant même une préférence particulière aux chiots lorsqu'ils se nourrissent d'une mise à mort.

Leur stratégie de chasse coopérative améliore non seulement leur capacité à exécuter avec succès une chasse, mais aussi à abattre des proies plus grosses. La taille et le succès de la chasse dépendront du nombre d'individus dans le pack; cependant, les chiens sauvages ont également un autre tour dans leur manche. Leur coordination impeccable commence par une cérémonie de bienvenue plutôt intense juste avant une période de chasse, garantissant que tous les membres de la meute sont éveillés, alertes et prêts à chasser en chœur. Une fois en mouvement (à une vitesse moyenne soutenue impressionnante de 10 km / h), ils parcourent souvent d'immenses distances, suivant des lignes de faible résistance à travers le veld à la recherche de proies. Une fois qu'une cible a été sélectionnée, le pack commence la chasse, en s'appuyant sur leur incroyable endurance pour éventuellement fatiguer leur malheureuse victime jusqu'à ce qu'elle ne puisse plus se battre ou s'échapper. Leur succès repose sur d'autres membres du peloton qui suivent le rythme, les individus fatigués étant remplacés à l'avant par ceux à l'arrière. Cette méthode a fait d'eux l'un des prédateurs de meute les plus performants.

Bien que les chiens sauvages aient une capacité incroyable à survivre dans leurs habitats naturels et non perturbés, l'étiquette de «parasite» leur a été donnée lorsque la population humaine a commencé à empiéter sur leurs anciens habitats, et que les cas de conflits homme-faune ont explosé. Leur contact avec des personnes et des animaux domestiques a entraîné une baisse spectaculaire de la population due à la fois à la mortalité directe d'origine humaine et à une augmentation de la transmission des maladies infectieuses, ce qui en fait maintenant le deuxième carnivore le plus menacé d'Afrique après le loup d'Ethiopie (Canis simensis). La perte d'habitat, la fragmentation, les conflits humains et la compétition pour la diminution des ressources avec les autres prédateurs de l'Afrique signifient que leur population en déclin est maintenant estimée à moins de quinze cents individus matures restant dans la nature.

N'ayez crainte cependant, les écologistes sont là!

Fondée en 1973, l'Endangered Wildlife Trust (EWT) est une organisation environnementale sud-africaine dédiée à la conservation des espèces et des écosystèmes menacés en Afrique australe. L'African Wild Dog est l'espèce phare du programme de conservation des carnivores de l'EWT (EWTCCP), avec des projets de conservation dédiés à la surveillance à long terme dans le parc national Kruger, ainsi qu'un programme de réintroduction proactif dédié à l'établissement d'une métapopulation gérée de taille moyenne réserves dans toute l'Afrique du Sud. L'EWT a récemment lancé le «programme Kruger Rare Carnivore», qui vise à enquêter sur les menaces pesant sur les chiens sauvages et les facteurs affectant leur nombre et leurs déplacements dans l'écosystème du Grand Kruger. Le projet Wild Dog du KwaZulu-Natal (KZN), lancé en 2006, vise à étendre la gamme de chiens sauvages dans le nord de la KZN en identifiant des terres et des liens appropriés à intégrer dans les gammes spatiales des chiens sauvages, ainsi qu'en encourageant une agriculture de soutien et les communautés rurales. L'EWT élabore également un plan de gestion de la biodiversité pour les guépards et les chiens sauvages, qui sera incorporé dans la législation. Les membres du public sont encouragés à contribuer au travail de l'EWT en signalant le commerce illégal, la persécution et les tueries de représailles de chiens sauvages, de signaler toute observation de chiens sauvages en dehors des zones protégées et de soutenir les organisations de conservation dédiées à la protection et à la conservation de notre carnivore en voie de disparition. espèce. Rendez-vous sur www.ewt.org.za pour en savoir plus!

Joel Alves (à gauche) de Wildlife Vets et Grant Beverley (à droite) de l’EWT en photo avec un chien sauvage qui a été relâché dans le cadre des efforts de conservation du programme de conservation des carnivores de l’EWT.

Ici à GVI Limpopo, nous sommes chargés de suivre nos espèces cibles dans la réserve, deux fois par jour tous les jours – à savoir le lion mâle, la coalition des frères guépards, ainsi que le guépard femelle. La nouvelle édition des animaux traçables de GVI Limpopo se compose désormais avec bonheur d'un petit groupe de chiens sauvages, jouant leur rôle au sein du programme de réintroduction de la métapopulation de l'EWTCCP. L'EWT, avec qui GVI Limpopo travaille déjà en étroite collaboration avec le projet de métapopulation du guépard, a recommandé l'utilisation de colliers satellites, plutôt que de colliers radio VHF, ce qui est particulièrement important lorsque vous suivez des espèces insaisissables telles que le chien sauvage, qui peut se déplacer rapidement et couvrir rapidement de grandes distances! Avec l'aide du GVI Trust, nous sommes toujours en train de collecter des fonds pour acheter le collier satellite si nécessaire, quelque chose que vous pouvez imaginer n'est pas bon marché. Ce collier sera en mesure de fournir 3 lectures horaires par jour, ce qui en fait un équipement essentiel pour assurer la sécurité et la protection de cette espèce en voie de disparition.

Pour plus d'informations ou pour faire un don, assurez-vous de suivre l'un de ces liens: https://www.globalgiving.org/projects/saving-african-wildlife/ ou https://uk.virginmoneygiving.com/gvilimpopo

Références

  • Creel, S. & Creel, N. M. 2002. Le chien sauvage d'Afrique: comportement, écologie et conservation. Princeton University Press, Princeton.
  • Davies, H. & Du Toit, J. T. 2004. Facteurs anthropiques affectant les réintroductions de Lycaon pictus de chien sauvage: une étude de cas au Zimbabwe. Oryx 38: 32-39.
  • Davies-Mostert, H., Mills, M. G. L. & Macdonald, D. W. 2009. Une évaluation critique de la stratégie de métapopulation gérée de l'Afrique du Sud pour les chiens sauvages africains. Dans: M. W. Hayward et M. J. Somers (éd.), Reintroduction of top order predators, Wiley-Blackwell, Oxford.
  • Fanshawe, J. H., Ginsberg, J. R., Sillero-Zubiri, C. et Woodroffe, R. 1997. Le statut et la répartition des populations de chiens sauvages restantes. Dans: R. Woodroffe, J. R. Ginsberg et D. W. Macdonald (éd.), The African wild status status survey and conservation action plan, pp. 11-57. Groupe de spécialistes de l'UICN sur les canidés, Gland, Suisse et Cambridge, Royaume-Uni.
  • Ginsberg, J. R. et Woodroffe, R. 1997. Risques d'extinction auxquels sont confrontées les populations de chiens sauvages restantes. Dans: R. Woodroffe, J. R. Ginsberg et D. W. Macdonald (éd.), The African wild dog: status survey and conservation action plan, pp. 75-87. Groupe de spécialistes de l'UICN sur les canidés, Gland, Suisse et Cambridge, Royaume-Uni.
  • Lhotse, H. 1946. Observations sur la répartition actuelle et les moueurs de quelque grands mammifères du pays Touareg. Mammalia 10: 25-56.
  • Pole, A. 2000. Comportement et écologie des chiens sauvages d'Afrique (Lycaon pictus) dans un environnement à faible densité de compétiteurs. Département de zoologie, Université d'Aberdeen.
  • Schaller, G.B. 1972. Le Lion du Serengeti. University of Chicago Press, Chicago, IL, États-Unis.
  • Thesiger, W. 1970. Chien sauvage à 5 894 m (19 340 pi). East African Wildlife Journal 8: 202.
  • Woodroffe, R. et Sillero-Zubiri, C. 2020. Lycaon pictus (version modifiée de l'évaluation de 2012). Liste rouge UICN des espèces menacées 2020: e.T12436A166502262.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *